Femmes qui courent avec les loups : « Histoires et mythes de l’archétype de la Femme Sauvage »

Femmes qui courent avec les loups : « Histoires et mythes de l’archétype de la Femme Sauvage »

Les femmes qui coourent avec les loupsVoilà donc le premier livre que je résume: Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinakola Estés. Ce livre étant intense, complexe, m’ayant bouleversée et transformée, je me propose de vous le résumer un chapitre à la fois, afin d’en extraire l’essence.

Avant tout, il est important que je vous dise que pour approfondir notre relation avec la nature instinctuelle, il est utile de comprendre les histoires comme si nous étions à l’intérieur et non comme si elle nous étaient extérieures.

La Femme Sauvage revient à travers les rêves, les histoires.

La Louve, Femme, Feminité, La LobaCrédit photo par Madsteph

Ch.I La Loba, la louve

C’est l’histoire d’une femme qui était une louve qui était une femme. Elle a plusieurs noms dont: la femme aux os, La Loba, la Louve.

La Loba ramasse les os. Elle parcourt la Nature à la recherche d’os et plus particulièrement les os des loups.
On dit que lorsqu’elle a recrée un loup en entier, elle chante et plus elle chante plus le loup prend vie.
Lorsque la bête est vivante, elle bondit sur ses pattes et détale dans le canyon.

Femme, féminité, femme sauvage

 

 

Puis soudainement, elle se transforme en une femme qui court joyeusement et libre.

 

 

Analyse: La Loba, la louve

Au départ nous sommes toutes un tas d’os. A nous de recoller les morceaux dans la bonne lumière. C’est une tâche difficile et qui demande beaucoup d’attention.

La Loba est une histoire de résurrection. Elle nous parle du lieu souterrain avec la Femme Sauvage qui est en chacune de nous.

Examinons la Loba. Au niveau symbolique la Vieille Femme est un des archétypes les plus répandu dans le monde. On peut considérer la Loba comme la racine nourricière de tout système instinctuel, celle qui sait.
Quelque soit le nom qu’on lui donne, la force qui personnifie La Loba représente le passé de tous et le passé du monde. Elle conserve la tradition féminine.

La Loba se tient entre deux monde celui du rationnel et celui du mythe. Elle est leur articulation.
Ce lien entre les mondes porte des noms divers, par exemple Jung, célèbre psychanalyste, l’appelait l’inconscient collectif. Pour lui c’est l’endroit où la biologie et la psychologie peuvent se mêler et s’influencer mutuellement. Nous ne pouvons atteindre cette espace qu’en passant par la poésie, la musique, la danse ou les histoires.

En tant qu’archétype, la Femme Sauvage est une force inimitable, riche d’idées et d’images. Elle est présente partout.

La Loba représente un parallèle à des mythes universels, dans lesquels les morts sont ramenés à la vie.

Au Mexique est dit que la femme porte la lumière de la vie. Cette lumière se trouve dans les ovaires, où dès avant la naissance, est déposé tout le stock de graines. Le symbole de la graine et celui des os sont similaires.
Si on à la semence, si on a la base, la part originelle, on a la clé de la vie qui nous permet de parer aux pires ravages.

C’est la personnification de la Mère de la Vie et de la Mort. Et comme elle évolue selon des cycles constants, l’auteur, Clarissa Pinkola Estés, l’appelle la mère de la Vie/Mort/Vie. Nous ne sommes plus sur un système binaire Vie/Mort mais sur un cycle.

« La Loba est le chemin entre les viviants et les morts »

Les os, en symbologie archétypale, représentent une force indestructible. Ils sont très difficile à détruire. Dans les mythes et les histoires ils représentent l’âme-esprit.
Un os vivant se renouvèle sans cesse. Il a le pouvoir de ce régénérer; même une fois desséché, de petites créatures vivantes peuvent y faire leur nid.

Dans ce conte, les os du loup, représentent l’indestructibilité du Soi sauvage, de la nature instinctuelle, libre et originellement pure.
« Nous avons en nous le potentiel pour redevenir chair et redevenir la créature que nous avons été. Nous avons en nous les os pour changer le monde et notre monde. »

La Loba est la gardienne de l’âme, de ce qui est sauvage.

A travers toutes nos activités pour nous recentrer, comme pratiquer la méditation, l’analyse de nos rêves, les activités artistiques, nous rassemblons les os.

Ensuite, au coin du feu, il ne nous reste qu’à chanter au-dessus de nos os, tout en ayant bien au préalable réfléchi à notre chemin afin que nous nous transformions.

L’auteur, Clarissa Pinkola Estés termine son 1er chapitre par:
« Vous avez besoin d’un conseil psychanalytique?
Allez ramassez vos os! »

Dites moi dans les commentaires si vous prenez soin de votre Femme Sauvage? Si vous lui accordez du temps?

Recherches utilisées pour trouver cet articles:femmes qui courent avec les loups

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *